FH

24-08-2018 | billets

Le travail dominical et le numérique

Alors que la majorité veut relancer le débat sur le travail dominical, faisant surgir ici et là des arguments en faveur (au nom de la liberté individuelle) ou contre (défense des acquis sociaux), il y a fort à penser que le sujet soit ailleurs.

"Pour ou contre l'ouverture dominicale des hypermarchés" est-il encore un débat d'actualité alors que les GAFA bouleversent déjà les usages d'achat, ne serait-ce qu'en abaissant les prix (coût de stockage plus faible...puisqu'ils ne stockent rien) et sont ouverts, eux, 24H/24 7J/7 dans le monde entier?


Travail dominical ou pas, les métiers de la distribution vont évoluer, ou plutôt, vont disparaître pour la plupart...

lire la suite3 commentaires

24-08-2018 | billets

La liberté individuelle, cheval de Troie de la privatisation de l'Etat providence

La justice sociale est née avec l'idée de cohésion sociale, ou comment s'assurer que chaque individu adhère au projet collectif et donc comment stabiliser le cadre social. Laisser le capital se concentrer entre les mains de quelques uns est non seulement injuste mais aussi dangereux pour la Cité. Tôt ou tard, ceux qui ont trop peu demanderont que la richesse soit redistribuée. Plus ou moins violemment. 


Autrement dit, il n'y a ni paix durable ni cohésion sociale sociale sans justice sociale. Et là où se trouve la pauvreté réside le risque de révolte et de guerre. La pauvreté de quelques uns est en soi une menace pour la prospérité de tous les autres. Le bon dosage entre administration publique et marché, entre liberté d'entreprendre et cadre social stable via la redistribution partielle de cette richesse, sont le fondement commun de toute politique d'une nation démocratique. 

Le projet libéral ou néo-libéral conteste cet équilibre.

lire la suite4 commentaires

08-08-2018 | billets

La grande erreur économique

L'obsession du profit n'est pas chose nouvelle. Elle hante bien des esprits humains depuis que l'humanité fait commerce de tout, et est donc prête à attribuer un prix à ce qui peut être échangé. Rien de nouveau. Même les biens dits publics auront leurs prix dès que leur rareté relative à la demande le permettra. Que l'on y pense, lorsque l'eau sera par trop rare, voire lorsque l'oxygène viendra à manquer.


Et cette recherche du plus grand profit a de tout temps été source d'inégalités et d'exclusion. On peut opposer à ces inégalités un projet d'égalité; encore faut-il savoir définir l'égalité dont on parle. Toute égalité suppose une inégalité. Le champ des égalités voulues et des inégalités acceptées relève d'un choix de société.

lire la suite4 commentaires

08-08-2018 | billets

On est foutus, on ne sait plus parler, on ne sait plus penser

 Lorsque l'image prend la place des mots, que les émotions se substituent aux raisonnements, c'est bien que notre société, nos sociétés vont mal.


Lorsque l'on est tenu de tout dire en 280 caractères, que les mots deviennent emoji, oubliez la subtilité des idées, oubliez la complexité des textes. Pas le temps. Pas assez d'émotions.

lire la suite4 commentaires

06-08-2018 | billets

L'information est-elle morte?

On peut se désespérer à l'envi de ce que les journaux, télévisés ou papiers et maintenant électroniques, ne font plus leur travail: ils ne sont plus au niveau. Ils n'informent plus, ils divertissent. Il ne manquerait que le pain à ces jeux...


Qu'est-ce que donc l'information? Une masse de données collectées, qui abondent, débordent, submergent, affluent, dégoulinent. Il appartient aux professionnels et aux non professionnels d'en faire un objet abouti. Comme si l'on donnait un bloc de marbre au sculpteur. A lui d'en faire surgir une forme sublime. L'entéléchie est-elle la force qui transforme l'objet brut des données en un objet second, fini ou travaillé, l'information?

lire la suite1 commentaire

03-02-2018 | billets

Une paire de ciseaux

Hier, j'étais installé dans un bus, quand trois gamins firent irruption: braillards, turbulents, bagarreurs...

Ils se sont alors empilés à trois avec leurs trottinettes sur les deux sièges derrière moi.

lire la suite2 commentaires

11-11-2017 | billets

La préférence pour l'incarnation du vide

Dans le fond, nos élus, c'est à dire ceux que nous élisons, sont de plus en plus le produit de nos peurs...

Ils sont les produits d'une société qui redoute ses conflits, ses clivages et veut abolir l'idéologie, vécue comme la source du mal, en se livrant à l'absence d'idéologie...

lire la suite1 commentaire

31-10-2017 | billets

Dépasser le pacte de stabilité

Le pacte de stabilité n'a rien d'économique. Il est le plus petit dénominateur d'imaginaires collectifs, il est à ce titre uniquement comptable. 

Avec le consensus, sa vertu était d'être auto-réalisant (en termes de convergences).

lire la suite1 commentaire

© 2010-2020 - François Hada